Jacques Rotenbach

 

Né en Pologne en 1926, Jakob Rotenbach fut l’une des premières victimes de l’occupation nazie.

 

Lodz, sa ville natale, fut une des premières villes polonaises à être occupée par les troupes allemandes le 5 septembre 1939. La population juive y subit brimades journalières et arrestations arbitraires, les disparitions étaient quotidiennes. Des travaux inutiles et humiliants rendirent la vie extrêmement difficile. Lorsque le Ghetto de Lodz fut créé, Jacques Rotenbach avait tout juste 13 ans. Dès avril 1940, les habitants du ghetto furent totalement coupés du reste du monde par murs et barbelés, confinés à ce véritable mouroir, antichambre des camps d'extermination.

Sous peine de se voir privés de leurs maigres rations, tous les habitants du ghetto - sans exception - furent astreints à un travail d'esclaves. Jacques ne quitta Lodz qu'en 1944 pour être déporté vers Auschwitz-Birkenau. Lors de l'approche des troupes russes, le jeune Rotenbach fut transféré vers Lieberose prés de Berlin, d'où il entama la Marche de la Mort du 2 au 12 février 1945. Ne parvinrent à Sachsenhausen qu'à peine un tiers des partants. Exténué et affamé, l'adolescent fut acheminé avec ses congénères en train vers Mauthausen sur des plate-formes ouvertes. Il y fut mis au travail à Gusen II jusqu'à sa libération le 5 mai 1945.

 

Jacques nous a quitté le 14 octobre 2014, à l'âge de 87 ans.